Cellulite : pourquoi moi ?
Par Isabelle EUSTACHE 29/06/2018 16:41

Le pire cauchemar des femmes ! Formée de petits amas graisseux entourés d’un épais tissu fibreux, la cellulite s’installe juste sous la peau, donnant cet aspect inesthétique tant redouté de « peau d’orange ». Mais pourquoi j’ai de la cellulite, pourquoi moi et comment s’en débarrasser ?

Trois types de cellulite

Dans l’organisme, les graisses sont stockées dans ce que l’on appelle les « adipocytes » ou cellules graisseuses. Elles constituent des stocks mobilisables plus ou moins facilement pour fournir de l’énergie. Si les apports alimentaires sont optimums, les adipocytes sont stables en quantité et en taille. En revanche, si l’on mange régulièrement trop gras, au-delà de nos besoins, les graisses excédentaires sont stockées par l’organisme. Les adipocytes augmentent de volume, comprimant alors les vaisseaux sanguins et lymphatiques qui les irriguent. Cette compression est à l’origine d’un mauvais drainage de l’eau et des toxines, ce qui contribue à la rétention d’eau. Les fibres cutanées peuvent être lésées, menant à une fibrose (durcissement des fibres) donnant à la peau cet aspect irrégulier et disgracieux.

On distingue ainsi trois types de cellulite :

  • La cellulite adipeuse : molle et indolore au toucher, elle est liée à un excès de stockage dans les cellules graisseuses (alimentation déséquilibrée et sédentarité).
  • La cellulite fibreuse : dure et douloureuse au toucher, elle est liée à une fibrose (durcissement des fibres de collagène).
  • La cellulite aqueuse : accompagnée d’une sensation de jambes lourdes et gonflées, elle est due à une rétention d’eau en rapport avec une mauvaise circulation veineuse et lymphatique.

Pourquoi a-t-on de la cellulite ?

La cellulite est avant tout liée aux hormones, expliquant pourquoi quasiment toutes les femmes en ont alors que les hommes sont généralement épargnés.

La cellulite constitue une réserve dont la finalité est bien précise : fournir l’énergie nécessaire aux deux derniers trimestres de la grossesse et à l’allaitement (hélas, dans notre société de confort et de consommation, cette réserve n’a plus lieu d’être…). C’est ainsi qu’après l’accouchement, les femmes qui allaitent leur enfant constatent souvent une nette amélioration de leur cellulite. D’où la recommandation d’allaiter son enfant pour voir « fondre » sa cellulite !

La cellulite étant sous emprise hormonale, elle fluctue au cours des autres périodes de la vie des femmes : puberté, cycles menstruels, premiers mois sous pilule.

Mais de nombreux autres facteurs interagissent :

  • Prédisposition héréditaire. Si votre mère a beaucoup de cellulite, vous êtes plus à risque, sans que cela soit une fatalité pour autant.
  • Alimentation déséquilibrée et prise de poids. Attention, si l’excès de poids favorise la cellulite, les femmes minces peuvent en avoir aussi, notamment celle liée à une mauvaise circulation sanguine et lymphatique.
  • Manque d’exercice physique (déséquilibre entre les entrées alimentaires et les dépenses énergétiques).
  • L’âge. Avec le temps, la peau perd en souplesse et en élasticité, ce qui accentue visiblement l’aspect peau d’orange.

Quelles solutions ?

Diminuer le stockage des graisses et augmenter leur utilisation. Dans cet objectif, deux pistes sont à suivre en parallèle : rééquilibrer son alimentation et pratiquer une activité physique d’endurance pour mobiliser la masse graisseuse et stimuler la circulation sanguine et lymphatique. Les plantes et les compléments alimentaires peuvent apporter une aide supplémentaire en stimulant eux aussi le métabolisme lipidique et la circulation.

 

Source :  Docteur Catherine de Goursac, La cellulite, http://www.degoursac.com/la-cellulite/.


A lire également

Mes 10 commandements anti-cellulite
Mincir vite et bien : les 10 erreurs à proscrire